Pour rien ?

Pour rien, les 1 million 300 000 signatures de citoyens européens demandant l’interdiction du glyphosate en octobre 2017 ? 

Pour rien, ce même mois, l’investigation de dizaines de journalistes qui revèle les mensonges répétés et institutionalisés de Monsanto dans les Monsanto papers ?

Pour rien, l ‘appel en novembre 2017, de 15000 sicentifiques de 184 pays à cesser de saccager l’environnement ? Appel qui succède à tant d’autres depuis un quart de siècle ?

Pour rien, les appels des chefs des grandes religions à respecter notre mère la terre et les êtres qui la peuplent ? L’Encyclique Laudato Si du pape François en 2015, l’appel du Dalaï Lama en 2016, les appels de responsables musulmans à la même période ?

Pour rien, l’appel de 200 scientifiques en juin 1018 à interdire immédiatement les néonicotinoïdes?

Nuls, le courage et la ténacité désintéressés des lanceurs d’alerte, les Marie-Monique Robin, Paul François, Seralini, Severn et autres ?

Quantitié négligeable, les mobilisations minuscules, quotidiennes, de parents et d’enfants, d’enseignants, de bibliothécaires, de cuisiniers,  de naturalistes, ces millions d’anonymes qui sont autant de héros ordinaires ?

Peanuts, les jeunes qui avec des paysans du coin, ont par leur résistance et leur capacité à mobiliser empêché la construction d’un aéroport inutile sur une zone humide riche en biodiversité ?

Que dalle, la mort de Rémi Fraisse, 20 ans, à Sivens ?

Sous le tapis,  les constats de plus en plus alarmants de disparition des populations d’oiseaux, d’insectes, de poissons, de grenouilles, de serpents, d’ours ? La pollution des eaux douces ?

Nada, la demande croissante d’aliments bio ?  Les conversions croissantes vers l’agricuture biologique ? Et le combat d’un Paul François, agriculteur victime d’une intoxication aigüe par un herbicide de Monsanto ? et celui de Marie-Monique Robin, qui filma le procès Monsanto de la Haye ?

Invisibles, les richesses inestimables, irremplaçables par des robots, que les plantes rendent chaque jour depuis toujours à la vie sur terre et à nous autres humains, sans distinction de nationalité, de religion de classe sociale, de sexe, d’âge et de fortune ?

Pour rien les atteintes graves et répétées au bien commun, face à la fusion de Monsanto et de Bayer approuvée par la commission européenne ? 

Pour rien nos vies, celles de nos enfants, la vie immense ! Face au déni massif de tout un système politico-economique ? Face à une pieuvre omnipotente,  une concentration de super-prédateurs à l’avidité insatiable ?  L’incapacité à se réformer en profondeur, prélude convulsif de l’effondrement. 

Véronique Duval

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

one × = nine

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.